- Le
- Office
- CidiLait.com
- Blanc
Plus...
Suivez l’actualité du Cochon du Pays de Rance, consultez notre page Facebook
Nous Ecrire

Inscription gazette

MusiqueVous écoutez Mr Roux, coup de coeur musical de la ferme.


Accueil > Les vaches > La reproduction

Une nécessité!


      L'acte reproductif dans un élevage comme le nôtre répond à deux  objectifs : faire naître des veaux afin d'assurer le renouvellement du troupeau et  assurer la production de lait. Comme chez tous les mammifères sans le processus de mise bas et de production d'hormone associée, la production de lait ne serait pas possible. L'objectif donc à  obtenir des vaches une gestation par an.



Les chaleurs


      C'est ici que tout commence ! l'animal n'est fécond que tous les 21 jours, le terme d'un cycle ovarien qui conduit à l'ovulation. La " fenêtre " d'ouverture pour la saillie ou l'insémination artificielle est à prévoir quelques heures avant.
La vache  nous informe de ses "  dispositions "  au travers de son comportement qui change : plus de vivacité, moins de lait, changement d'habitude à la traite et surtout les chevauchements et meuglements. Ces différents signes annoncent l'oestrus (ovulation)   24 heures après.. Sur la photo  " le cirque " de tornade qui cherche à chevaucher racine.

     Mais les signes sont aussi parfois fugaces, il n'est pas rare de " louper " la chaleur, une surveillance attentive plusieurs fois par jour et la tenue d'un planning fécondité est nécessaire. L'inséminateur ou le taureau  sont sollicités  dès la détection.
Pendant cette période chaude, l'animal doit être isolé afin de contenir ses élans (risque d'accidents dans les bâtiments) mais aussi pour faciliter le travail de l'inséminateur.
     Chez les jeunes les premières chaleurs apparaissent vers l'age d'un an (voire aussi les jeunes), chez l'adulte, la première chaleur se déclenche une vingtaine de jours après le vêlage mais il faut attendre la deuxième ou troisième chaleur (vers 65 jours ap. vêlage) pour pratiquer l'insémination...La surveillance du troupeau prend ici toute son importance Voire le site de notre fournisseur

La technique de l'insémination artificielle:

     Après " prélèvement " du taureau la semence est contrôlée, diluée et mise en paillette de 0.25 ml où se serrent  20 millions de  " lascars ", arrive ensuite  la cryogénisation à moins 196° dans de l'azote liquide pour une période d'attente qui peut durer plusieurs années : les spermatozoïdes  n'attendent plus que le  réveil pour aller à la rencontre de cette ovule d'une femelle !

Insémination artificielle


     C'est la solution la plus courante, moins " fun " certes, mais plus sécurisée d'un point de vue sanitaire (transmission de maladies) et qui permet un meilleur progrès génétique dans le cas des races laitières comme chez nous. En race bouchères, l'approche est différente.

     Lors de son intervention sur la ferme, l'inséminateur  procède à la décongélation (brutale !) de la semence dans un bon bain d'eau tiède à 38 °. Un seul élu heureux élu parmi ces millions de spermatozoïdes aura le privilège suprême (après sa fusion avec l'oeuf femelle), d'être à l'origine  d'un beau spécimen 9 mois plus tard...

     L'inséminateur après avoir garni un pistolet cathéter de la paillette, ensuite  enveloppé d'une gaine, introduit le tout dans  l'appareil génital de la jeune femelle. Une main " attrape " le corps de l'utérus par le rectum, l'autre introduit le pistolet cathéter  dans le col de l'utérus et le pousse jusque dans les cornes utérines où sera déposée la semence. L'animal en chaleur est en général immobile pendant l'acte reproductif.
     Parmi le troupeau de jeunes sur la photo, une couleur se détache...le fruit d'un accouplement raisonné destiné  faire ressortir le gène rouge (récessif) caché chez la mère noire et blanche.

Fécondation ?

     Rendez-vous dans 9 mois, c'est vite dit ! Il faut s'assurer qu'il y a bien eu fécondation, la surveillance 21 jours après l'insémination est capitale. En cas de non-retour en  chaleur on peut considérer que l'animal a commencé une gestation. Chez une vache adulte la vigilance va bien au delà, la présence d'un kyste induit de fausses chaleurs, celle d'un corps jaune non gestatif  empêchera tout nouveau cycle (il s'en développe un dès la chaleur qui produit l'hormone nécessaire au bon processus de gestation). Un " palpé rectal " à partir de 7 ou 8 semaines permet de diagnostiquer la présence d'un fœtus, l'échographie (un peu plus tôt) et un dosage de l'hormone citée (progestérone) permettent à des coûts plus élevés de la confirmer également. L'infécondité chez la vache est l'une des principales cause de réforme. En moyenne la réussite à la première Insémination est de l'ordre de 60% chez les adultes et de  80% chez les jeunes. Un déséquilibre alimentaire et les problèmes sanitaires étant les causes majeures d'infécondité.

Traçabilité

     Au moment de l'insémination, un bulletin d'insémination obligatoire est établi, il comporte les noms et numéros d'identification du père et de la mère et autres renseignements destinés à un fichier national. Ces informations sont " couplées " à celles que l'éleveur indiquera au moment de la naissance du veau, ainsi sa filiation sera validée et apparaîtra sur son passeport.

Rendez-vous dans 9 mois, c'est vite dit !


     En moyenne la réussite à la première Insémination est de l'ordre de 60% chez les adultes et de  80% chez les jeunes. Un déséquilibre alimentaire et les problèmes sanitaires étant les causes majeures d'infécondité. voire aussi l'alimentation.

Accueil - Plan du site