- Le
- Office
- CidiLait.com
- Blanc
Plus...
Suivez l’actualité du Cochon du Pays de Rance, consultez notre page Facebook
Nous Ecrire

Inscription gazette

MusiqueVous écoutez Mr Roux, coup de coeur musical de la ferme.


Accueil > Les vaches > Les laitières

Le contexte

      A la Moinerie la production laitière est la principale activité. Elles sont 35 vaches de races Prim'hostein à produire le quota de l'exploitation (275000 litres). Le dépassement de ce quota engendre des pénalités d'un montant supérieur au prix du litre, tous les ans avant la fin de l'année laitière fixée au 31 mars, c'est le même sport il faut réduire l'excès éventuel ou au contraire, pousser à " donf les cocotes " afin d'atteindre la limite permise...(voire ci dessous)

Les quotas laitiers
      Les quotas ont été institués par l'Europe en 1983. Le vieux continent était alors confronté à des stocks de beurre et autres produits laitiers dont on ne savait que faire et qui grevaient durement le budget de la communauté. La limitation de la production a été mise en place pour juguler ces stocks mais aussi pour garantir le prix du lait payé aux producteurs.
Depuis la dernière réforme de la politique agricole commune en 2003, l'Europe se désengage du soutien au marché au profit d'aides directes versées aux producteurs sous forme de primes (DPU) liées à la référence laitière historique et conditionnées par des règles agro-environnementales ( éco-conditionnalité) en constante évolution.
 Les quotas tant décriés à l'époque sont aujourd'hui remis en cause par plusieurs pays de la CEE, la tension sur le marché du beurre et de la poudre de lait (baisse de production !) pourrait précipiter leur chute. En substitution, l'idée d'un contrat entre producteur et laiterie fait son chemin, il pourrait se substituer à ces quotas...

Gestion pointue


La gestion de l'atelier lait est donc calée sur le critère de productivité tout comme la qualité du lait qui  est chez nous (et les autres producteurs !) une priorité de tous les instants : gare au moindre écart synonyme de pénalités qui peuvent compromettre un équilibre financier fragile. Le bien être de nos animaux et l'environnement constituants par ailleurs d'autres incontournables.


La vache, une usine à lait!

     Faire du lait pour une vache suppose l'ingestion des fourrages détaillé dans la partie alimentation, le cycle biologique impose également des gestations régulières qui relancent la production. Concrètement dans une année " vache ", après la mise bas, la sécrétion lactée arrive à son pic au bout de deux mois, moment propice à une nouvelle reproduction. Passée cette nouvelle fécondation, la production commence à décroître jusqu'à la période de repos à 7 mois de gestation. Suivent alors deux mois de vacances bien méritées. Notons que cette période de tarissement n'est pas obligatoire, sans elle et après avoir décru, la production serait de toute façon relancée.

    Sur une année " vache " la production de lait ou lactation, peut varier de 5000 kgs de lait à plus de 10000 kgs pour les plus grosses productrices. Le patrimoine génétique, l'alimentation et d'éventuels pépins de santé sont autant de facteurs de variations. Une carrière de laitière peut s'étaler sur une dizaine d'années.

Des vaches durables

      Elever un animal depuis sa naissance jusqu'à son premier vêlage, début de la carrière de laitière, représente un coût important, cet investissement est rentabilisé après deux lactations. L'objectif est de garder l'animal le plus longtemps possible. La compétence de l'éleveur, le patrimoine génétique de l'animal font souvent la différence. (voir aussi la reproduction)

La traite une vraie routine et  une astreinte...mais une relation privilégiée avec l'animal!

     7 heures le matin, 18 heures le soir, tous les jours et toute l'année le rythme des pulsateurs et de la pompe à vide cadencent pendant plus d'une heure ce moment particulier qu'est la traite, finalité de l'existence des bovins sur la ferme. Des animaux en bonne santé, des conditions d'hygiène parfaites sont indispensables à la qualité du lait livré à la laiterie Entremont (notons notre engagement dans une charte des bonnes pratiques). Pas d'horloge pour les vaches mais elles savent quand l'heure est arrivée, l'entrée en parc d'attente de la traite n'est qu'une formalité. Les ordres de passage sont à près toujours les mêmes : il y a les pressées de la vidange mammaire et puis celles qui ont tout leur temps...


Vue de la salle de traite construite en 1995

Après avoir " tiré " manuellement les premiers jets afin de contrôler l'absence de mammites (inflammation de la mamelle voire maladies), on procède à un lavage méticuleux de la mamelle puis à un essuyage avec du papier absorbant, toutes ces actions ont aussi un rôle stimulant pour la vache dont le cerveau commande la production d'ocytocine que le stress inhibe : la traite doit donc se dérouler dans une ambiance très zen. Cela n'empêche pas d'écouter la musique ou les infos! (voire aussi Comportement )
     Cette fois-ci c'est bon on y va pour le " branchement ", attention parfois  aux coups de pieds...plus fréquents chez les jeunes ou chez des bêtes dont le trayon porte des gerçures (ce qui est rare).

La ferme a signé avec la laiterie une charte qualité engageant sur les points suivants :

.Identification des animaux, tenue des registres divers...
.Contrôles sanitaires, surveillance des animaux, respect des ordonnances, registre d'élevage...
. Alimentation avec des matières premières en provenances de l'exploitation, achats d'aliments complémentaires auprès de fabricants agréés et excluant toutes farines animales et dont le stockage évite toute contamination croisée, distribution d'eau en quantité suffisante et de qualité...
.Production de lait dans des locaux adaptés, contrôlés une fois l'an et maintenus propres...
. Les animaux sont logés dans des locaux propres...
. Les abords des bâtiments sont maintenus propres, l'élevage respecte les règles d'ordre environnemental...


Le matériel de traite

Faire le vide (dépression)...c'est le rôle de la machine à traire qui ainsi crée le phénomène succion. Le trayon de la vache est entouré par un manchon en caoutchouc, des pulsateurs électroniques cadencent l'arrivée du vide au niveau de ces manchons provoquant la succion... La durée moyenne de la vidange de la mamelle est de deux minutes. photos machine

      Un capteur de fin de traite commande un système de décrochage automatique qui permet une traite plus régulière, la sur-traite étant néfaste pour l'animal (irritations et inflammations de la mamelle). Par gravité le lait descend jusqu'au récepteur de lait à partir duquel une pompe envoie le pétrole blanc vers la citerne de stockage réfrigérée.

Contrôle de la machine à traire...

     La machine à traire est de loin celle qui  " tourne " le plus sur la ferme, à la moinerie c'est plus de 900 heures par an ! La machine doit être parfaitement bien réglée afin de réaliser une traite parfaite. Le moindre dérèglement peut être source de problème pour la vache (mammites, inflammations trayons...) ou pour la qualité du lait. Un contrôle machine est réalisé tous les ans avec diagnostics très précis de plusieurs paramètres. Ce contrôle est obligatoire dans le cadre de la charte qualité citée plus haut. A l'occasion les manchons caoutchouc au contact de l'animal sont remplacés.


     Le lait est conservé à 4° environ, tous les 2 jours le laitier vient collecter le précieux nectar des vaches. Plusieurs fois par mois un échantillon est prélevé afin de déterminer la richesse du lait en matières grasses et protéiques, facteurs influents sur le prix au litre. Plusieurs autres critères liés à l'hygiène sont aussi pris en compte : germes, lipolyse (lait trop " battu "), butyriques (souillures dans le lait) et leucocytes (présence de mammites).

Economies d'électricité

     Depuis plus de 20 ans, notre installation comporte un système d'échange thermique eau & lait. Le pré-refroidisseur tubulaire est composé d'un serpentin en inox de 30 mètres où circule le lait qui est lui-même enveloppé dans un serpentin PVC ou circule l'eau cette fois. Ce système simple permet ainsi de refroidir le lait de 38° à 18° avant l'arrivée dans la citerne de stockage, l'eau réchauffée par le lait est très appréciée des animaux à la sortie de traite.
L'économie d'électricité est de l'ordre de 50%.

Et le lait c'est bon pour la santé...

Accueil - Plan du site